- Cosmétique / Santé / Bien être.

Dossier tabac. Volet 2. Les substituts médicamenteux d’aide au sevrage.

Plusieurs stratégies vous aideront à arrêter et à tenir sur le long terme. A vous de choisir celles qui seront les plus adaptées à votre rapport au tabac et à votre façon de vivre.
Les traitements adaptés à votre niveau de dépendance et le recours à un accompagnement sont des méthodes qui ont été évaluées et qui ont prouvé leur efficacité. Elles doublent vos chances de réussite à un an. (http://www.tabac-info-service.fr/J-arrete-de-fumer)

touche

Beaucoup de fumeurs envisagent l’arrêt comme une démarche personnelle et donc solitaire. Réussir à arrêter seul serait la preuve de sa force de caractère, de sa volonté. Cela peut bien sûr fonctionner mais souvent cette manière de voir les choses ne prend pas en compte le mécanisme de la dépendance et les fonctionnements propres à chacun. Il arrive en effet que les liens qui unissent le fumeur à la cigarette soient si importants qu’ils sont complexes à dénouer seul. Un regard extérieur peut alors être utile. A l’inverse, certains fumeurs perçoivent l’arrêt comme une telle montagne infranchissable, qu’ils perdent toute confiance. Une personne qui vous accompagne vous rend alors plus fort ce qui permet à la confiance de se rétablir. Que ce soit dans l’un ou l’autre cas de figure, être accompagné dans la démarche peut vous être bénéfique.

Se faire accompagner, c’est d’abord simplement avoir des alliés dans son entourage. Si vous êtes prêt à arrêter de fumer, annoncez à vos proches votre décision et sollicitez leur aide.

Si vous êtes principalement entouré de fumeurs, vous pouvez leur dire : « J’ai décidé d’arrêter de fumer et vous m’aideriez vraiment…. à tenir dans ma démarche en évitant de fumer devant moi/ en ne laissant pas votre paquet de cigarettes à ma vue/ en ne me sollicitant pas pour une pause-cigarette… ». Si elles oublient parfois, ce sera à vous de prendre les devants de la tentation en vous occupant quelques minutes un peu plus loin. Les reproches ne feraient que donner plus de tensions et ce ne serait pas très aidant en ce moment !

En revanche, si votre entourage est non-fumeur, vous avez beaucoup de chance. Les tentations seront d’autant moins grandes et ils vous apporteront un soutien important. Mais, s’ils veulent vous aider, vos proches auront peut-être du mal à percevoir les difficultés que vous pourriez rencontrer. Expliquez-leur ce que vous avez appris sur la dépendance ou invitez-les à lire des choses à ce sujet afin qu’ils puissent comprendre qu’il ne s’agit pas d’une simple question de volonté. Cela évitera les reproches et les culpabilisations. Préparez avec les personnes qui veulent vous aider des petites stratégies. Dans les moments délicats, elles pourront vous rappeler les petits trucs qui vous aident, par exemple.

Se faire accompagner c’est aussi ne pas hésiter à faire appel à un professionnel de santé que ce soit avant de vous lancer dans l’arrêt ou après. Le recours à votre médecin traitant, à un pharmacien qui vous connaît bien, permet de se sentir moins seul, d’être guidé notamment pour le choix éventuel d’un traitement et de bénéficier d’un suivi médical. Ces conseils seront précieux pendant les six premiers mois de votre sevrage.

physique

En cas de dépendance physique au tabac

Si vous êtes physiquement dépendant au tabac, en plus de votre stratégie personnelle (vos petits trucs, vos motivations…) il est recommandé d’utiliser un traitement pour atténuer ou faire disparaître les éventuels effets désagréables du sevrage.

Les substituts nicotiniques constituent une aide efficace. Leur principe est d’apporter de la nicotine, pour que votre besoin de nicotine soit couvert et que vous ne ressentiez pas les signes du manque physique. Toutefois, à la différence des cigarettes qui procurent un pic de nicotine, ici cet apport va se faire de façon lente et régulière, ce qui n’entretient pas la dépendance. Petit à petit, le besoin va diminuer jusqu’à ne plus se manifester.

Suis-je motivé pour arrêter de fumer ?
Il est possible d’évaluer le degré de motivation pur arrêter de fumer par l’intermédiaire de l’Echelle Q-MAT :

– Pensez-vous que dans 6 mois :
Vous fumerez toujours autant ? 0
Vous aurez diminué un peu votre consommation de cigarettes ? 2
Vous aurez beaucoup diminué votre consommation de cigarettes ? 4
Vous aurez arrêter de fumer ? 8

– Avez-vous actuellement, envie d’arrêter de fumer ?
Pas du tout 0
Un peu 1
Beaucoup 2
Enormément 3

– Pensez-vous que dans quatre semaines :
Vous fumerez toujours ? 0
Vous aurez diminué un peu votre consommation de cigarettes ? 2
Vous aurez beaucoup diminué votre consommation de cigarettes ? 4
Vous aurez arrêter de fumer ? 6

– Vous arrive-t-il de ne pas être content (e) de fumer ?
Jamais 0
Quelquefois 1
Souvent 2
Très souvent 3

(Score total/20)

Grille de lecture :
– inférieur ou égal à 6 points : motivation insuffisante
– de 7 à 12 points : motivation moyenne
– supérieur à 12 points : bonne ou très bonne motivation

patch

Les patchs ou timbres s’appliquent sur la peau, la nicotine passe alors au travers la peau pour gagner la circulation veineuse.

Les patchs existent avec une diffusion sur 24h ou une diffusion sur 16h. Dans le cas d’une diffusion 24H, les récepteurs nicotiniques du cerveau reçoivent de façon régulière et permanente un petit peu de nicotine. La prise de cigarette dans la première demi-heure le matin peut orienter votre choix vers ces patchs 24h afin que les signes de manque ne soient pas aussi francs au réveil. Toutefois, certaines circonstances peuvent faire préférer les patchs 16h qui diffusent eux plus rapidement de la nicotine. Ce choix peut être lié à une qualité de sommeil altérée par la diffusion prolongée du patch pendant la nuit, ou si votre peau n’a qu’une tolérance modérée aux patchs ou encore par convenance personnelle.
Les patchs doivent s’appliquer sur une peau propre, sèche et sur une zone dont la pilosité est modérée comme le haut des bras ou les hanches. Changer chaque jour de zone est utile car des rougeurs à l’endroit de pose du patch peuvent apparaître. Plus rarement, certaines personnes peuvent noter une intolérance cutanée plus importante qui nécessitera le conseil de son thérapeute.

Partez sur la base d’un patch de 21 mg pour un fumeur de 20 cigarettes par jour. Si vous constatez des nausées, maux de tête ou insomnies c’est votre patch est trop dosé, dans ce cas là, diminuer le dosage, palier par palier. Si par contre les envies de fumer sont trop fortes malgré le patch, c’est que celui ci est trop peu dosé, augmenter alors le dosage. Une consommation d’une  ou deux cigarettes en portant un patch est « tolérable », par contre sachez qu’il est inutile de retirer le patch lors de la consommation de tabac! C’est une idée reçue!

gomme

Les formes orales se déclinent en gommes, comprimés, inhaleur, la nicotine passe alors par la muqueuse buccale pour atteindre la circulation veineuse.

Les gommes à mâcher existent en plusieurs goûts (menthe, fruits…). Pour qu’elles soient efficaces, elles ne doivent pas être utilisées comme des chewing-gums ordinaires. Elles doivent être sucées pendant quelques minutes, puis mâchées lentement pendant 20 à 30 minutes en faisant des pauses pendant lesquelles on ne les mâche pas du tout. En effet, si on les mâche trop vite, cela fait saliver et peut provoquer des hoquets, des maux de gorge ou des brûlures d’estomac ; mais surtout, la nicotine avalée avec la salive sera détruite dans les voies digestives. Le nombre de gommes doit être suffisant pour gérer convenablement les besoins.

Les comprimés et les pastilles de nicotine fonctionnent selon le même principe que les gommes mais sans les inconvénients liés à la mastication. Si les arômes sont nombreux, les présentations varient également: pastilles assez grosses qui se sucent longuement pour occuper la bouche ; pastilles plus petites qui fondent doucement ou rapidement pour soulager un besoin urgent.

L’inhaleur, destiné aux adultes dès 18 ans permet d’aspirer doucement de la nicotine par petites aspirations calibrées de sorte à soulager le besoin de fumer, mais sans irriter la gorge. Si vous être très attaché au geste de fumer, cette forme peut vous convenir. L’inhaleur ne doit pas être confondu avec la cigarette électronique, qui n’est pas un produit pharmaceutique, et n’est donc pas recommandée par les professionnels de santé.

Les traitements par substitution nicotinique durent en moyenne 3 à 6 mois pendant lesquels les doses sont diminuées progressivement (tous les 7 à 15 jours) afin que l’organisme puisse se désaccoutumer en douceur et pour qu’en parallèle, vous puissiez apprendre à traverser toutes les situations de la vie sans tabac. Toutefois, il s’agit d’une moyenne. Les traitements peuvent être prolongés si nécessaire, notamment en cas de dépendance forte, ou si le désir impérieux de fumer se fait encore ressentir.

Outre les substituts nicotiniques, deux traitements médicamenteux existent pour lutter contre la dépendance physique au tabac. Je ne vous en parlerais pas ici. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter un tabacologue ou votre médecin traitant.  En ce qui concerne la cigarette électronique, ce n’est pas un traitement de substitution à proprement parlé, mais plus un traitement palliatif, destiné aux fumeurs n’arrivant pas à se passer de la cigarette et présentant des contre indications  à sa consommation. En aucun cas la e cigarette ne doit être utilisée comme un substitut. De plus, nous n’avons aucun recul sur les composants utilisés dans les cartouches. Elles contiennent et peuvent délivrer, de la nicotine, du propylène glycol (solvant au pouvoir irritant), du glycérol végétal, des arômes incluant des dérivés terpéniques (menthol, linalol). Dans quelques années, nous découvrirons peut être un autre type de cancer liés aux additifs de ces cartouches.

psycho

En cas de dépendance psychologique et comportementale au tabac

Les thérapies cognitives et comportementales sont là pour vous aider. Si ce terme peut vous paraître obscur, voire inquiétant, il recouvre en réalité un ensemble de techniques basées essentiellement sur l’échange et des exercices simples qui vont vous amener à observer et analyser votre manière de fumer, votre comportement de fumeur et à trouver des solutions. Ces thérapies peuvent être pratiquées dans le cadre des consultations de tabacologie ou, si la dépendance est très forte, dans le cadre d’un suivi par un thérapeute spécialisé dans ce domaine.

L’objectif est de vous désapprendre à fumer en agissant à la fois sur les aspects cognitifs (les pensées qui vous amènent à fumer) et sur les aspects comportementaux (les automatismes et les rituels liés à la cigarette) de votre tabagisme. Dans un premier temps, le praticien vous aide à vous préparer en augmentant votre motivation et votre confiance en vous. Puis, il accompagne votre changement de comportement en vous aidant notamment à trouver de nouvelles solutions.

Afin d’agir sur l’aspect cognitif, le praticien va vous aider à identifier les pensées automatiques qui vous amènent à allumer une cigarette et à en imaginer d’autres plus adaptées à votre nouveau projet de vie sans cigarette. La compréhension des motivations et des automatismes qui vous poussent à fumer vous aideront à vous défaire de vos habitudes.

Sur l’aspect comportemental, le praticien va vous amener à imaginer d’autre façon de réagir aux mini évènements de la vie quotidienne ou à vos émotions. Par exemple : quand j’ai une forte envie de fumer, sachant que l’envie ne dure pas longtemps, je peux me préparer un thé, me brosser les dents, faire un tour…Mais ces comportements alternatifs varient selon les personnes, chacun les adaptera selon sa personnalité et ses goûts. S’il s’agit de faire face à des émotions comme la colère, la tristesse…le praticien vous aidera à trouver de nouvelles sources d’apaisement ou de satisfaction.

dépendance

Mais il existe également des moyens complémentaires pour faciliter cet arrêt. Cela sera pour le prochain volet… A votre avis, que vais-je aborder comme sujet?

Publicités

3 réflexions au sujet de “Dossier tabac. Volet 2. Les substituts médicamenteux d’aide au sevrage.

Laisser donc un p'ti mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s