Beurre tendre « non aux rugosités ».

Aujourd’hui un petit baume huileux qui vient à bout de toutes les rugosités et plaques de sécheresse cutanée. Je vous préviens tout de suite, la sensation grasse est obligatoire, mais tellement bénéfique et efficace! Un mix entre beurre et liniment.

liniment-huileux

Ingrédients
Formulation
Beurre de karité 45 %
Huile végétale de chanvre 45 %
Cire d’abeille blanche 1 %
Myristate d’isopropyle 7 %
Glycérine 3 %
Vitamine E 1 %

* Faire fondre le beurre, la cire d’abeille et l’huile végétale. Retirer du feu quand la cire est fondue.

* Ajouter le myristate d’isoprophyle et la glycérine. Bien mélanger.

* Ajouter la vitamine E. Mélanger à nouveau.

* Placer au frigo pendant 5 minutes, la préparation doit se durcir sur les bords.

* Sortir du frigo et fouetter (au batteur électrique) la préparation pendant au moins 5 minutes.

* Mettre en pot.

….

Un baume hydrate, nourrit et répare les zones les plus sèches. Le beurre de karité vient compléter la cire qui épaississent fortement le liniment, en l’aérant légèrement. Attention, un film gras persiste. A utiliser plutôt avant d’aller se coucher. Il vient à bout de toutes les zones rugueuses!

7 réflexions sur “Beurre tendre « non aux rugosités ».

  1. Chlorophylle dit :

    Hum… Qu’est-ce que le Myristate d’isopropyle ? Où le trouve-t-on ? Quel est son rôle; et, éventuellement, par quoi peut-on le remplacer ?
    Merci d’avance. Je ne connais absolument pas cet ingrédient… Toute info sera donc bienvenue. Merci!

  2. Chlorophylle dit :

    Je viens de trouver! Mais je m’étonne… C’est d’abord une base pour parfum…
    Je relève ce qu’en dit A-Z dans son introduction : « Base indispensable pour créer vos compositions pour diffuseur à tiges, le myristate d’isopropyle s’utilise surtout comme support de parfums pour dissoudre et diluer les matières premières aromatiques, souvent en mélange avec de l’alcool, que ce soit pour les senteurs de la maison ou en parfumerie. Il entre d’ailleurs dans la composition de ce qu’on appelle « alcool des parfumeurs », support de dilution très utilisé en parfumerie. Son toucher huileux très pénétrant et non gras et ses propriétés émollientes en font aussi une addition intéressante dans les produits cosmétiques. »
    S’il est utilisé ici pour ses propriétés émollientes, je suis persuadée qu’on doit pouvoir le remplacer. Je ne ferai jamais de parfum. Olfactif hypersensible… qui a pour effet que je sens la moindre odeur, y compris celle que personne ne décèle… Et je ne supporte pas la grande majorité des « parfums » du commerce quels qu’ils soient.
    Donc si tu peux m’indiquer un ingrédient autre que celui-là, un émollient non gras pour le remplacer, j’apprécierai beaucoup.

    • LPS dit :

      Non mais n’importe quoi moi!! Désolée, j’ai laissé une méga coquille dans les ingrédients, je modifie de suite! Rouge de honte!!
      En effet cet actif sert d’huile sèche et fluide. Il pourrait être remplacé par une autre huile végétale, du capryllis, ou en augmentant un autre ingrédient.😉 Ca sera plus facile de le remplacer, avec les bons dosages!
      Encore désolée pour la coquille….😉

      • Chlorophylle dit :

        Euh… je ne pensais pas que c’était une coquille aussi grosse ;)!
        Peux-tu me donner une recette (oui, avec le Caprylis, ça me va : j’en ai -:)) avec les proportions ou, mieux encore, les quantités ? Ce sera parfait! La « méga coquille » sera amplement réparée (grand sourire, là).

Laisser donc un p'ti mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s