Cosmétique / Santé / Bien être.

L’homéopathie au secours de mon été…bye bye Lucite!

Pour ma part, chaque année, c’est pareil! Quand le soleil s’installe et que je m’expose, la lucite estivale débarque! Quelle est vilaine!!! Mais il est vrai que quand on regarde les photo sur le net, mon cas est bien moins important que certains… En effet, la mienne se manifeste par des boutons, comme des piqûres, et des petites plaques boursoufflées, comme de l’eczéma. Je ne vais donc pas me plaindre non plus…   Néanmoins, c’est assez ennuyeux, surtout quand on part pour une destination de rêve et que cette lucite nous gâche la vie!

Soleil-mer-sable-on-protege-ses-cheveux_h_content_p

La lucite estivale est une allergie au soleil bénigne provoqué par les UV A et touchant environ 10 % des adultes et en particulier les femmes (90 %). Elle se manifeste en général après 2 à 3 jours d’exposition au soleil, mais peut parfois survenir plus rapidement lors d’une belle journée ensoleillée. Il se produit alors une éruption de petites taches rouges légèrement saillantes ressemblant à de l’urticaire ou de toutes petites cloques associées à de vives démangeaisons. Elle se localise le plus souvent sur le décolleté, les épaules, les bras, les jambes sans oublier parfois le dos des pieds. Ce phénomène se reproduira chez les personnes sensibles chaque année au moment des expositions solaires. Évidemment, il faudra proscrire toute exposition au soleil tant que persistent les symptômes.

Le remède de fond le plus fréquemment retrouvé dans cette pathologie est Natrum muriaticum. Sa prescription est normalement du ressort du médecin homéopathe. Il est le plus souvent délivré en 9 ou 15 H, une prise hebdomadaire.

…..

Attention, je ne suis pas homéopathe, les conseils ci dessous ne remplacent en rien une consultation chez un médecin homéopathe. La lucite estivale est une infection bénigne, mais une consultation chez un dermatologue est parfois nécessaire, surtout en absence d’amélioration malgré les remèdes administrés. De même, il est impératif de consulter un médecin lorsque l’urticaire provoque des plaies ouvertes car il peut alors s’agir d’une infection autre que la lucite estivale bénigne.

 

>> Homéopathie conseil.

>> Homéopathie.com

 

 

 Voilà le programme personnalisé que j’ai suivi avant de partir et en cours d’exposition :

La prévention repose tout simplement sur le principe de précautions :

  • Éviter le soleil aux heures critiques : de 10 à 15 heures, heure solaire.
  • La meilleure protection reste le vêtement ; en effet, la quantité de crème solaire à appliquer pour qu’elle soit efficace est telle qu’un tube suffirait à peine pour deux jours pour un individu.
  • Si vous consommez des médicaments, assurez vous auprès de votre pharmacien ou de votre médecin que celui-ci ne contient pas de substances photo sensibilisantes.

Soleil----24-

……

  • En prévention des crises, à débuter 15 jours avant de partir et pendant la durée d’exposition (prendre les 2 remèdes) :

MURIATIC ACIDUM 9 CH : 3 granules matin et soir

HISTAMINUM 15 CH : 1 dose par semaine (surtout si sujet à l’urticaire)

…..

…..

  • En cas de réaction :

MURIATIC ACIDUM 5 CH : 3 granules toutes les heures

APIS MELIFICA 5 CH : 3 granules toutes les heures

URTICA URENS 7 CH : 3 granules toutes les heures (en cas de démangeaisons)

 

CoupsSoleil_631x313

 

Je l’ai testé pour le deuxième année. Certes cet article paraît à la rentrée, mais  vous l’aurez sous la main pour vos prochaines vacances! 😉

Publicités

10 thoughts on “L’homéopathie au secours de mon été…bye bye Lucite!

  1. Si on veut se soigner par l’homéopathie le mieux est de choisir UN remède, celui qui correspond le mieux à chacun; Natrum Mur aime le sel (c’est d’ailleurs le chlorure de sodium). On peut noter une sècheresse marquée des muqueuses ou, au contraire un état catarrhal caractérisé par un flux excessif de mucus « normal ». La peau a souvent un aspect huileux. Il est aggravé vers 10 heures du matin et au bord de la mer. L’exposition au soleil l’aggrave en effet (mais si les autres symptômes et notamment le côté huileux, le goût marqué pour le sel, la soif inextinguible pour de grandes quantités d’eau n’y sont pas, il faut se tourner vers un autre remède).
    Prendre plusieurs tubes de granules différents, c’est prendre le risque d’utiliser des remèdes qui s’antidotent ou qui sont incompatibles et qui, de ce fait ne donneront aucun résultat…
    Natrum Mur peut être indiqué, mais ce n’est pas le seul!

      1. C’est un homéopathe pluraliste. Il ne tient (hélas) pas compte de la personne… il donne un traitement-type… Ce n’est pas de l’homéopathie… et ça risque de ne pas fonctionner, pour les raisons que j’ai évoquées. Le pire, c’est que si ça ne marche pas, on ne sait pas pourquoi… à cause d’un remède ? A cause du mélange ?
        Renseigne-toi auprès d’un homéopathe uniciste, tu verras.
        Rien à voir.
        Plus compliquée à pratiquer, mais tellement plus efficace! Plus globale!
        Bises en tout cas!

    1. Etudie ses réactions : couleur de la peau, œdème ou non… Mais aussi soif ou non, aggravations, améliorations, etc.
      Cela permet de choisir LE remède le plus adapté. Parfois, il faut en essayer plusieurs (l’un après l’autre, pas ensemble) pour trouver le bon. Mais quand on le trouve, c’est miraculeux! J’ai ainsi soigné une otite en quelques heures! Elle n’a pas eu le temps de se développer. Idem pour une grosse crise d’asthme, soignée en un quart d’heure!
      Ce n’est pas simple de se soigner en homéo. Ça demande de beaucoup (s’)observer, observer les habitudes, les préférences, le caractère, ce qui améliore et ce qui aggrave, les goûts culinaires, le sommeil, les réactions, etc. Mais c’est obligatoire pour bien choisir et pour espérer un résultat. Parfois le pluralisme marche… mais, toujours, au bout d’un moment (quelques mois par exemple), il arrive l’inévitable : le corps ne « comprend » plus les messages qu’on lui envoie : il y en a trop : tel remède + tel autre + un tube-dose + autre chose encore… Au bout d’un moment, ça ne marche plus… Et les gens accusent l’homéopathie! Je reconnais que c’est une médecine assez exigeante et qu’il faut du temps pour y entrer mais je n’ai jamais regretté de m’y être plongée (au moment de ma première grossesse : je ne voulais pas soigner mes enfants « n’importe comment ») et d’avoir investi dans de bons livres (très rares, la plupart sont des « recettes », présentant des traitements-types qui risquent de n’avoir aucun résultat). Ainsi ma fille (33 ans) n’a jamais pris d’antibiotiques, même pas pour sa coqueluche… Elle a toujours été soignée par homéopathie, y compris pour une bronchite avec voile au poumon quand elle était bébé et mon fils (36 ans) en a eu une seule fois (pour une septicémie dentaire).
      Je t’invite vraiment à t’y mettre! Les enfants (non intoxiqués y sont très réceptifs).
      Bises!

  2. Bonjour,
    je suis tombée par hasard sur votre article (en en cherchant un autre) et je ne peux que confirmer l’efficacité de l’homéopathie sur les allergies au soleil. J’en ai eu pendant des années et seule la cortisone me calmait. Depuis 3 ans, je me suis fait prescrire de l’homéo pour ce soucis (presque le même « cocktail » que vous) et depuis je n’ai plus fait de forte d’allergie (la seule que j’ai eu est passée en 30min grace à la dose « d’urgence » que j’avais sous la main. Continuez votre blog, c’est top !

Laisser donc un p'ti mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s